logo RUBRIQUE

  • Enseignement
  • Lu dans la presse
  • - Conventions
  • - Petits mots du pasteur
  • - Magazine "Résurrection"
  • - Actions communautaires
  • - Actions missionnaires
  • - Enfants
  • - Jeunes
  • - Vie d’église
  • Liens et Ressources
  • - Annonces hebdomadaires
  •  

    Zoom Arrière

    logo ARTICLE 804Alfred Kuen (1921-) décembre 2013
    Auteur prolifique de livres d’étude chrétiens, il a été professeur à l’Institut biblique et missionnaire Emmaüs, ainsi que directeur des Editions Emmaüs. Avec d’autres, il est à l’origine de la traduction de la Bible dite "Bible du Semeur".
    logo ARTICLE 350Faire taire les critiques février 2011
    Nous pouvons résister aux moqueries si nous avons la conviction de faire la volonté de Dieu.

    Dans la même rubrique

     TOUCHE PAS À MA FOI

    Toutes les religions se valent-elles ?

     | Psaumes 90 - Colossiens 1 : 15 à 20 - 1 Pierre 3 : 15
     
    Nous devons répondre aux préjugés défavorables à la foi. Certaines objections sont parfois sincères et méritent une réponse.

    Nous avons tous déjà entendu : « Toutes les religions se valent » « Il n’y a qu’un seul Dieu mais chaque religion présente des chemins différents pour l’atteindre ». Des théologiens eux-mêmes parlent de cette façon dans un esprit œcuménique « extra large ». De telles affirmations semblent empreintes de tolérance. Mais nous devons avec respect, douceur et tout autant de tolérance défendre notre foi sans concession ni complexe.

    Nous répugnons l’emploi du terme religion, que Jésus n’a jamais utilisé et ne se rencontre que quatre fois dans le Nouveau Testament, mais ici il est impossible d’y échapper, étant donné qu’il fait partie de l’objection.

    Dire que toutes les religions se valent relève de la simplicité. Autant affirmer que les champignons sont tous les mêmes ou prétendre que tous les individus sont identiques ! Avancer de telles affirmations frise le ridicule mais dire que toutes les religions se valent paraît pour la plupart des gens acceptable et vrai. En fait, tous les partis politiques ne se valent pas. Toutes les voitures ne sont pas les mêmes. Toutes les équipes de football ne sont pas équivalentes. C’est vrai pour tout : les parfums, les vins, la télévision, les ordinateurs,... Il y a des différences. Ceux qui prétendent que toutes les religions se valent veulent en fait se dispenser d’un choix et éviter une prise de décision. Nous ne choisissons pas n’importe quoi pour manger, boire, la voiture, l’ordinateur, etc. Mais dans le domaine religieux beaucoup de gens se retranchent derrière cette prétendue équivalence des religions et disent qu’il suffit d’être sincère, de faire le bien.

    Cela évite d’aborder des réflexions sérieuses sur la foi. Cela cache un embarras et une ignorance sur la question la plus fondamentale qui soit : la foi. Le bateau de notre vie mérite de ne pas s’ancrer à n’importe quoi. L’ancre de notre vie ne peut s’accrocher à des incertitudes. Jésus a parlé avec autorité, certitude et vérité. Le christianisme n’est pas une religion même s’il est classé comme tel. La Bible nous présente le christianisme comme une relation. Pour simplifier, nous utiliserons toutefois le mot religion pour considérer cette objection et y donner réponse.

    Une première réflexion, même superficielle, nous conduit à constater que toutes les religions ne sont pas les mêmes et ne se valent certainement pas. La confusion vient du dénominateur moral commun. Pratiquement toutes les religions ont les mêmes principes éthiques. Elles recommandent de ne pas faire de mal à son prochain. Mais les religions sont différentes et ne mènent pas toutes au même chemin. Dans l’hindouisme, il y a plusieurs centaines de dieux. La Bible parle d’un seul Dieu. Le coran recommande d’exterminer les infidèles ou de trancher la main du voleur. Et cet islam n’est pas celui des extrémistes fanatiques. Le livre sacré islamique demande ces choses. Mais Christ a un autre enseignement qui commande d’aimer notre ennemi, de prier pour notre adversaire, de présenter la joue gauche si l’on nous frappe sur la droite. La Bible nous interdit de toucher à la vie de l’incroyant. Il y a bien des différences importantes entre les religions.

    Le bouddhisme protège ses vaches sacrées pendant que ses enfants meurent de faim. Les rats et les rongeurs dévastent les récoltes et ne peuvent être détruits. Dans le Sud de l’Inde, les rats mangent en un mois le double de la récolte annuelle française de blé. La religion interdit de les détruire parce qu’ils peuvent être la réincarnation de vies précédentes. La Bible nous présente un Dieu personnel qui entend, parle, voit, agit et vit. Le bouddhiste croit à des dieux impersonnels, imprécis.

    Une missionnaire au Burkina précisait récemment des coutumes religieuses du pays. Si une mère meure en couche, le nouveau-né est porté dans la brousse pour y être abandonné. Il porte la responsabilité de la mort de sa mère ! Lors de naissance de jumeaux, si l’un meurt, l’autre est délaissé en brousse parce qu’il porte la responsabilité du décès de son frère. Toutes les religions ne se valent donc pas. Les petites filles excisées vous le diront. On pourrait ainsi multiplier les exemples de pratiques religieuses diverses à travers le monde. Considérons plutôt six caractéristiques uniques qui font de l’Évangile une « religion » à part et différente des autres.

    Les prophéties sont une caractéristique unique de la foi chrétienne.

    Premièrement, les prophéties sont une caractéristique unique de la foi chrétienne. La Bible est le seul livre qui annonce une chaîne d’événements à l’avance. Elle n’annonce pas l’avenir mais dévoile des faits ou des personnages futurs du plan de Dieu. Dans ses Pensées, Pascal écrira : « La plus grande des preuves de Jésus-Christ, ce sont les prophéties. C’est aussi à quoi Dieu a le plus pourvu. Car l’événement qui les a remplies est un miracle subsistant depuis la naissance de l’Eglise jusqu’à la fin. » Et Pascal note : « Différence entre Jésus-Christ et Mahomet : Mahomet, non prédit ; Jésus-Christ, prédit. » Les musulmans doivent reconnaître que le Coran ne contient aucune prophétie. Bouddha n’a jamais fait de prophétie, ni Confucius ni le dalaï-lama, ni aucun autre leader religieux. Ne laissons donc pas dire que les religions sont toutes les mêmes.

    Une deuxième caractéristique : l’Évangile présente un Sauveur. Dès l’annonce de la naissance de Jésus-Christ, les anges ont dit : « Nous vous annonçons une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » (Luc 2:10). Jésus dira lui-même : « Je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. » (Luc 12:47). Jésus ne se présente donc pas comme un moralisateur mais comme un sauveur. Les autres religions présentent un système philosophique, éthique et moral. Mais l’Évangile présente le Sauveur qui peut nous sauver de nos péchés. Le plus grand besoin de l’homme au 21e siècle est le besoin d’un sauveur. Aucune autre religion que le christianisme n’insiste avec tant de force sur la gravité du péché. Toutes les religions enseignent que l’homme est « tordu » mais seul l’Évangile affirme que l’homme est perdu, incapable de se sauver tout seul. Toutes les religions ne se ressemblent pas et ne peuvent être mises dans le même sac.

    Toutes les religions enseignent que l’homme est "tordu" mais seul l’Évangile affirme que l’homme est perdu.

    Une troisième caractéristique de l’identité de l’Évangile est la notion de péché. La croix du Christ et l’agonie du Fils de Dieu nous crient la gravité du péché. L’offense à Dieu exige la mort du Fils de Dieu. Jésus a dit : « Il faut que le Fils de l’homme soit livré et qu’Il soit crucifié. » (Luc 9:44). Il n’y avait pas d’autre chemin pour le pardon de nos péchés que le sang de Jésus-Christ versé à la croix. Les autres religions proposent des chemins plus aisés pour solutionner le problème du péché sous-estimé dans sa gravité. L’apôtre Paul dira avec force : « Le salaire du péché c’est la mort. » (Romains 6.23) et « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. » (Romains 3:23). Notre péché ne peut être racheté par de l’argent, des pénitences, des pèlerinages, des pratiques religieuses ou des prières. Il faut davantage que cela. Il faut le sang de Jésus-Christ le Fils de Dieu. Le péché est trop grave, et l’offense à Dieu beaucoup trop importante.

    Quatrième caractéristique spécifique à l’Évangile : le principe de la justification ou encore du pardon. Hormis l’Évangile, toutes les religions enseignent une autojustification de l’homme qui doit se justifier et se racheter lui-même par ses propres efforts. La gravité minimisée du péché permet à l’homme de se justifier par ses renoncements et ses propres sacrifices. L’homme n’a dès lors pas besoin du sacrifice ultime du Fils de Dieu. Toutes les religions enseignent que l’homme peut être son propre sauveur. C’est le principe du salut par les œuvres. Mais l’Évangile est complètement différent. L’enseignement du Christ précise que nos biens, notre argent, nos efforts, nos prières, nos renoncements, nos bougies et nos sacrifices ne peuvent solutionner le grave problème du péché et nous sauver. Le sacrifice de Jésus-Christ est nécessaire pour nous racheter. Il n’y a pas d’autre voie pour être sauvé. Le pardon des péchés est gratuit et nous ne pouvons nous racheter nous-mêmes. Nous sommes gratuitement justifiés par la foi en Jésus-Christ. Christ a payé à notre place et tout autre sacrifice est insuffisant et insensé. Le péché est une offense à Dieu. Nous sommes sauvés par le moyen de la foi, c’est un don de Dieu. Seul l’Évangile de Jésus-Christ nous enseigne que Dieu nous a rachetés gratuitement. C’est un don. Voilà la Bonne Nouvelle.

    Une cinquième caractéristique est la revendication à la divinité pour Jésus-Christ. Christ ne s’est pas présenté comme un simple homme mais comme Dieu fait homme, comme le Fils de Dieu, comme Dieu le Fils. Il s’est proclamé venant d’en haut. Bouddha, Confucius, Mahomet, le dalaï-lama n’étaient que des hommes. Aucun n’a jamais osé se présenter comme Dieu. Seul Jésus a dit : « Le Père et moi nous sommes un. Celui qui m’a vu a vu Dieu. » Toutes les religions ne sont pas les mêmes. L’Évangile est différent.

    Une sixième caractéristique est la résurrection de Christ. Aucun maître de religion n’a osé annoncer sa propre résurrection. Seul Christ a affirmé sa mort et sa résurrection et ainsi confirmé les prophéties de l’Ancien Testament écrites des siècles avant sa venue sur terre. Mahomet, Bouddha, Confucius avait des milliers de disciples. Aucun n’a osé dire que leur maître était ressuscité. Ces leaders religieux sont restés dans la mort. Quelqu’un objectera : « Ce sont les disciples qui l’ont affirmé, et les gens l’ont cru ! » Mais alors, si il suffit de le dire pour que les gens le croient, comment se fait-il que Bouddha ou Mahomet n’ont pas trouvé quelques disciples affirmant qu’il était ressuscité, si il suffit qu’on le dise pour que les gens le croient ???

    Non, toutes les religions ne sont pas les mêmes ! Elles ne se valent pas. Christ fait la différence. Il est unique. Défendons donc l’Évangile, notre foi, avec douceur, respect, amour et une pleine conviction.

    Post-scriptum

    Ce message a été enregistré le 23/3/03 en audio et en vidéo
    Résumé par Jean-Pierre Baudouin

    Copyright © 2005 Eglise Protestante Evangélique de Charleroi. Tous droits réservés.
    Ce site a été créé par Ginger-Nut et est géré avec SPIP + EVA-Web